6tzen en Amérique

Carnet de voyage d'une famille nombreuse en Tandem et Kombi VW, en Amérique. Correspondance avec des écoles de Normandie.

 

   ALLO LA PLANETE



OREGON, LE VELO DANS L'ETAT

Corvallis, LA ville cycliste par excellence!

Que c'est agreable de pedaler en ville sur des pistes cyclables. 3 magasins de velos dans la meme rue... Il ne nous a pas fallu plus de 5 minutes pour rencontrer quelqu'un de sympatique et d'experimente  (desolee pas d'accent sur les claviers americains!). 3 invitations a diner en un quart d'heure! Nous avons rencontre Carol. Elle voyage beaucoup et a tout de suite ete aux petits soins pour nous. Elle nous a trouve un van pour aller sur la cote de maniere sure (la route qui y mene n'est pas large).

Nous etions attendus chez Sarah et David, des amis de Mary et Ian... la haut, sur la colline... Apres une trentaine de kilometres... But we did it! Les derniers metres ont ete guides par Consuelo, une sacree grimpeuse, qui s'est revelee etre la voisine de nos hotes!

Nous avons beaucoup de points communs avec David et Sarah.Tres 'french friendly' car ils ont vecu 2 ans en France, ils ont des ruches, aiment les oiseaux et les arbres. "Faites comme si nous etions freres et soeurs!" Du coup, nos tentes vont occuper leur jardin jusqu'a dimanche, car il y a un festival dans la ville ce weekend!

Estelle



Publié à 12:37 , le 24/09/2009, dans RENCONTRES,
Mots clefs : hospitalitevélo


HOSPITALITE, COMME DES PONTS ENTRE NOUS

Sous les arbres, devant le gouvernement de l’Etat de l’Oregon, tous les drapeaux des états américains flottent dans la douceur du vent.
Salem , lundi 21 septembre
Nous avons pédalé 29 km ce matin. La route 99E est plate, depuis Portland. Les bas- côtés sont très larges et les voitures ne roulent pas très vite et nous évitent largement. A savoir pour les cyclo-touristes du coin.
Hier soir, nous avons mis du temps à trouver une place pour piquer nos tentes. Après Woodburn, nous avons aperçu des églises orthodoxes. On s’est dit qu’on allait tester l’hospitalité de cette communauté. Peu ou pas de regard n’ont pas facilité nos recherches! Nous avons finalement planté nos tentes sous un noyer (j’espère que ça porte pas malheur!), dans la cour d’une ferme. Pas d’échange avec le propriétaire de la ferme ni avec les travailleurs mexicains. Diego, 8 ans, notre petit ange du jour viendra proposer une partie de foot-ball américain au coucher du soleil. Un incroyable capacité de communication malgré la barrière de la langue.

L’air est doux mais je suis inquiète car nous n’avons encore trouvé personne chez qui dormir, et pas de camping.

Quelques heures plus tard, toujours rien , nous rabattons vers un motel.

Première rencontre généreuse mais furtive avec Erik qui tente de nous emmener vers le « visitors center » . Très sympathique , il nous prend en photo et nous met sur son blog . Puis rencontre avec Bob, qui nous emmène chez lui , au sommet de la colline (uhouff, 40 km dans les pattes à l’arrivée et 300 pieds de haut !!). Très bon cycliste et amateur des bonnes choses françaises et italiennes, nous avons passé une très bonne soirée avec lui et Lynn, sa femme. et une très bonne nuit dans de vrais lits! J’oubliais la douche qui nous a rendu « human again! » comme Bob a dit! Faut dire qu’on portait une sacrée couche de poussière! Les enfants étaient moins bronzés après…!
Bob nous montrera un livre de photos sur les ponts du monde,  photos prises par son père ! Nous nous échangeons nos liens électroniques, nos adresses mails, comme des ponts entre nous....
Estelle et Arnaud


Publié à 11:32 , le 22/09/2009, dans RENCONTRES, Salem
Mots clefs :


AMITIES


Lake Oswego, Samedi 18 septembre

J’ai le cœur gros et des larmes plein la gorges qui ne tarderont pas à s’extérioriser. Nous quittons la famille Donaghly avec laquelle nous avons passé 6 jours formidables. Une petite semaine active mais simple à vivre au quotidien. Il règne une grande paix dans leur maison et dans leurs relations. Alex et moi étions sur la même longueur d’ondes et nous avons échangé beaucoup ; c’était comme si nous nous connaissions depuis longtemps ! Les adieux en ont été d’autant plus émouvants ! L’amitié n’attend pas toujours le nombre des années… C’était réciproque :«  Tu es ma première amie en Oregon, je mesure ce que je perds avec votre départ » et moi de lui répondre en pleurant que nous avons gagné chacune gagné une amie. Elle semble avoir la ferme intention de venir nous voir en France.


Publié à 01:24 , le 18/09/2009, dans RENCONTRES, Portland
Mots clefs : amitiés


L’AMERIQUE N’A PAS ÉTÉ DECOUVERTE …


C’est drôle comme on prend comme repère, qui on est, ce que l’on est et où l’on est !
 Les planisphères ici mettent l’Amérique au centre, l’océan pacifique étant à gauche avec la moitié de l’Asie, et l’océan atlantique à droite avec l’Europe et l’autre moitié de l’Asie. Normal de se sentir le centre du monde.

Christophe Colomb a-t-il vraiment découvert l’Amérique ?! Les Européens ont découverts une terre qu’ils ne connaissaient pas , ce n’est pas pour cela qu’elle était déserte. Peut-on s’approprier un endroit simplement parce qu’on croit être le premier à y être allé ? Se sentir fier d’être allé quelque part ou de découvrir quelque chose ne doit pas nous rendre prétentieux et imbu de soi-même…

Tout ça pour dire que nous avons beaucoup appris de notre petit séjour dans le village indien de Celilo.

Petit topo sur ce que nous avons appris sur les indiens, pour les élèves de CM1 de Sophie et de sa collègue, qui commencent leur année par ce thème.
Nous sommes arrivés par hasard dans ce village. La route que nous avions empruntée pour nous rendre de la ville de Biggs à The Dalles, nous a mené sur…une Highway, genre A13 en Normandie… Nous avons donc voulu chercher de l’aide auprès d’un propriétaire d’un pick-up, qui pourrait nous embarquer jusqu’à a ville. « Oh regarde! Y’a un village, ils doivent bien avoir un truck !! »
Au premier abord, la madame avait un visage fermé, et puis quand elle a su que nous étions français, elle s’est ouverte et nous a dit que les français aimaient bien les Indiens (?!).
Impossible de passer à côté de cette rencontre avec une partie importante de la composition des Etats Unis. Nous avons donc décidé de demandé l’hospitalité jusqu’au lendemain. Nous avons été reçu dans la famille du Chef de la vallée (Oly, Gina et leurs 7 enfants). Nous avons eu le plaisir de souper et prendre le petit déjeuner avec eux.
Rapidement, nous avons appris l’histoire de cette vallée.
Il y a 50 ans , le paysage ne ressemblait pas  à la rivière tranquille que nous avons suivie.
Il y a 50 la Columbia River était jalonnée de rapides et de cascades. Les indiens habitaient sur les rivages et avaient l’habitude de pêcher le saumons à l’aide de grandes épuisettes, sur des passerelles au-dessus des chutes. Les saumons remontent le courant.
Et puis le gouvernement a décidé de s’occuper de cette région « sous-développées » (selon son expression) et de construire un barrage quelques kilomètres plus loin, pour faire de l’électricité grâce à la force du courant. Cette construction a inondé une partie de la vallée, engloutissant les rapides et les villages au bord de l’eau. Le village n’a été reconstruit que …l’année dernière!
Maintenant, les indiens pêchent à l’aide de filets (ils sont les seuls à y être autorisés par la loi). Le matériel, le bateau, l’essence coûtent cher. Le matin, Arnaud, Nath et Gabi sont allés poser les filets avec Oly et ses fils.
Longtemps, les anciens du village ont pleuré de ne plus entendre le grondement de l’eau et de ne plus sentir les embruns des rapides.
J’ai appris autre chose. Les tipis ne servaient que pendant les quelques mois de nomadisme, durant lesquels les indiens allaient à la chasse et aller cueillir des baies et des racines, pour l’hiver. Aujourd’hui, ils continuent à pécher le saumon, à chasser le cerf et à cueillir des fruits, et ils les conservent en bocaux.

J’ai senti la distance culturelle qui nous sépare. J’ai l’impression qu’ils sont perdus dans la manière de perpétuer leurs traditions dans la société à laquelle ils sont obligés d’appartenir. Ils ne parlent plus leur langue. On dit que quand un peuple perd sa langue, il perd aussi sont âme. Où en sont-ils? -Le « chief » est conscient de la responsabilité des adultes dans la Transmission. Les enfants plus âgés sont très attentifs envers les plus jeunes. - Mais le désespoir règne, le désordre et la saleté envahissant la maison. Se mêlent les nombreuses canettes de Pepsi vides et les beaux mobiles accroche-rêves.

Gina a eu la gentillesse de nous conduire en ville avec tout notre équipement.

 « C’est une chance qu’il ne vous soit rien arrivé » nous a dit plus tard une de nos hôtes. A aucun moment, nous ne nous sommes pas sentis en danger. On dirait « Native population » et population « blanche » se côtoient sans s’assimiler réellement. L’Histoire des EU est jeunes et j’espère que le temps apaisera les malaises.
Estelle



Publié à 07:50 , le 10/09/2009, dans RENCONTRES, The Dalles
Mots clefs : indiens


AU BON SOUVENIR DE MONTREAL, l'hymne à la joie

Juste un petit retour en arrière pour décrire nos bons moments passés à Montréal que ce soit chez Elsa, Sylvain et Julie, ou Joseph et Elaine. Elsa nous a offert son appartement durant plus d’une semaine. Cela nous a permis de nous reposer et de préparer la suite de notre voyage.

Nous avons retrouvé nos amis rencontrés sur la route verte, ils avaient crevé plusieurs fois avec leur Tandem. Joseph nous a concocté du homard, au grand bonheur d‘Estelle. C‘est une personne passionnante, d‘une grande culture, qui nous a expliqué entres autres, ses méthodes d‘enseignement, son goût à transmettre sa passion pour l’écriture, la poésie, la philosophie, des matières qui nous inspirent beaucoup aussi. On a eu la chance aussi d’avoir un petit concert de violon dont une partie de la 9ème de Beethoven. Nous avons aussi découvert beaucoup de centres d’intérêt communs comme la mer, le land art ou  la vannerie.

Sylvain et Julie. De drôles d’histoires de coïncidences nous lient : elles ont commencé lorsque j’ai fait un stage à Montréal, dans la société où travaillait Julie. C’est en France que j’ai connu Sylvain, lorsque je travaillais dans l’entreprise Avid. Il ne connaissait pas encore Julie à l’époque. Je l’avais alors invité à venir chez nous la prochaine fois qu’il viendrait en France. C’est-ce qu’il fit … avec Julie! Pareil ! Le fameux Mickael que l’on a rencontré sur notre route au Québec, dans sa ferme « Agneau Bio », il travaillait chez Avid et connait Sylvain! Incroyable ! Ce dernier m’a d’ailleurs donné l’opportunité de découvrir les anciens bureaux de Softimage (Avid maintenant)!!  Tous ces collègues semblaient au courant de notre aventure 6tzen, et ça fait plaisir.
Sylvain, Julie et leurs enfants, nous ont accueilli le temps d’un beau weekend. Julie (qui a un bon coup de pédale) nous a mené avec Sylvain pour une belle balade au Nord de Montréal. Ils ont réussi à me faire la surprise de mon anniversaire. Nous avons aussi passé un très beau moment en leur compagnie, le temps du concours de feu d’artifice, représentant ce soir là, les USA !!
Sylvain a même pris le temps d’améliorer la béquille de notre tandem !!! MERCI POUR TOUT !

Elsa, la cousine d’Estelle. Beaucoup d’échanges profonds et existentiels. Que voulons-nous offrir à nos enfants comme éducation? Que voulons-nous faire de notre vie, amoureuse, professionnelle? Où voulons-nous vivre? Avec elle, j’ai découvert un peu plus la pédagogie Steiner, appris à faire la vaisselle à la mexicaine et accommoder les quesatillas !
Nos garçons ont partagé de bons moments avec leurs cousins Manu et Julien du même âge. Et nous avons mieux connu Aimée, cette jolie ado de 15 ans que nous avions rencontré il y a …14 ans !
Musique aussi au RDV, Elsa joue très bien du piano, malgré son sens de la perfection !
MERCI A TOUS.
Arnaud et Estelle





Publié à 06:40 , le 29/08/2009, dans RENCONTRES, Spokane
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 3 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

6TZEN.ORG
Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives

Albums photo6T

6TZEN AU QUEBEC
6TZEN IN YELLOWSTONE
6TZEN AUX USA PART 1
6TZEN AUX USA PART 2
6TZEN AUX USA PART 3
6TZEN AU CHILI PART 1
6TZEN AU CHILI PART 2
6TZEN AU CHILI PART 3
6TZEN EN AREGENTINE
6TZEN EN BOLIVIE PART 1
6TZEN EN BOLIVIE PART 2
6TZEN EN BOLIVIE PART 3
6TZEN EN ARGENTINE BIS PART 2
6TZEN SUR VOS TRACES

Sites favoris

6TZEN le site
Sur Vos Traces
Blog de Sylvain notre cousin
Forum Pino Français
Cyclauvergnats
La ptite frisée
Cyclo-randonnee
SITE d'une canadienne
Warmshower
On the TV
Camping Peacefull Pine
SITE d'une canadienne
ARCATA MASSAGE
LIBRARY BIKES
FLEUR DES DELICES
Offre d'emploi en Normandie
AUTOUR DES AMERIQ
FRISETTECRANEDOEUF
LILYTOM
6TZENGABI

La carte des lieux visités



«  Avril 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 


Widgecolo by colo | bio


Rubriques

ANIMAUX
APRES LE VOYAGE
ARTS PLASTIQUES
CARNET DE ROUTE
ECHANGES ECOLES
ENVIRONNEMENT
MEDIAS
REFLEXIONS
RENCONTRES
SOLIDARITE
SPONSORS
TANDEMS PINO
VIVRE AUTREMENT
:

Derniers articles

PROJECTIONS 2012 et 2013
INTERVIEW FRANCE BLEU
CENTRE CULTUREL DE BLAINVILLE
6TZen , LE CLIP !!
LE FABULEUX VOYAGE

<%letter%>