6tzen en Amérique

Carnet de voyage d'une famille nombreuse en Tandem et Kombi VW, en Amérique. Correspondance avec des écoles de Normandie.

 

   ALLO LA PLANETE



LE FABULEUX VOYAGE

Nuit si froide si glaciale,

Jour au soleil si piquant.

Vent soufflant dans notre gorge

Je me souviens de toi.

 

Eau si douce ou si salée

Salar si brillant dans nos yeux

Flamants roses dans le ciel

Je me souviens de toi.

 

Bons repas et pains dorés

"mais venez dormir chez nous"

Gentils gens très génereux

Je me souviens de toi.

 

Moments de découragement

Monts à gravir, à decendre

Instants précieux en cadeau

Je me souviens de toi.

 

Arbres et forêts, je protège

la Nature est à nous.

Ne cessons de l'aimer

Il faut la protéger

C'est ce que j'ai appris du fabuleux VOYAGE.

GABRIEL

Poéme écrit après l'étude du poème "Liberté" de Paul Eluard



Publié à 07:40 , le 18/11/2010, dans REFLEXIONS,
Mots clefs :


DANSE PLANETAIRE

Hocus Pocus : « Je suis ce touriste assuré tous risques, j’ dirais pas terroriste , simplement  égoïste »

Qu'est ce que le voyage. Une citation dit que l‘on ne fait pas un voyage, c‘est plutôt lui qui vous fait ou vous défait. Nous sommes à quelques jours de la fin de notre grand voyage. Pour l‘instant, nous ne nous rendons pas vraiment compte des apports positifs à l‘ensemble de la famille ou à chacun d‘entre nous. Il n‘a pas toujours était facile. Il nous a défait plus d‘une fois. Il faut avouer que plus d’une tension ont marqué nos mémoires. Les états d’âmes de 6 personnes à tour de rôle, c’est du boulot à gérer et c’est pas de tout repos !! Nous gardons un très bon souvenir du voyage en bicyclette, et nous réitérerons. Notre projet de tout faire à vélo n’a pas été finalisé mais je suis fier aujourd’hui, j’avoue, grâce aux convictions d’Estelle, d’avoir pu réaliser notre voyage jusqu’au bout, en adaptant en deux pas, nos moyens de déplacement à nos difficultés rencontrés. Il est vrai que nous n’avons pas choisi le plus facile, un petit Kombi Volkswagen aménagé pour deux !! Bonjour le travail : je dois sortir la caisse de provisions pour attraper les cours des enfants, paf, le paquet de sucre tombe par terre, les enfants piétinent dans le pot de miel écrasé …. Le sable envahit le sachet de farine mal refermé ….c’est pas évident à gérer. Comme je disais souvent, j’avais l’impression de faire du vélo motorisé. Promiscuité oblige, les enfants se retrouvaient souvent à l’avant à côté du conducteur, se chipotant pour un oui ou un non. En cette fin, la fatigue prend le dessus. Nous savons maintenant que nous aurons envie de repartir, pour un voyage tourné plus vers les autres, mais aussi que ce n‘est pas facile et que cela prend beaucoup d‘énergie. Quand on a annoncé pour la première fois à notre famille, à nos amis, notre projet de grand voyage au long terme, cela a intrigué, cela a fait peur, on nous a pris pour des fous ou parfois pour des aventuriers . Rien de tout cela, nous avons juste tout mis en œuvre pour réaliser un rêve.

Mais qu‘est-ce que l‘Aventure ? Nous avons croisé beaucoup de voyageurs français. On rencontre beaucoup de gens sur notre route, qui ont notre profil, les mêmes centres intérêts, les mêmes convictions citoyennes, l’esprit voyageur, avec tout de même quelques variantes. Au final, je serais bien curieux de lire tous nos blogs! Eh oui, le voyage se fait aussi blog, il permet à d'autres de voyager par procuration. Tout ce flot de touristes en Amérique du sud, que ce soit en van, en vélo ou en sac à dos, nous passons par les mêmes chemins, les mêmes villes et voyons les mêmes paysages. On croit notre voyage unique et il l'est sûrement, mais tous ont d'étranges airs de ressemblances. Les contenus de nos blogs sont souvent identiques, mais exprimés sur des tons différents ! Pourquoi aussi cette volonté d'exposer nos vies. A quoi sert le voyage si on ne peut le raconter ? Faire un pays et le raconter ! Faire le Salar de Uyuni. Drôle d'expression. Mais il est pourtant déjà fait ! Cocher sur le papier les pays « faits » ou annoter le nombre de kilomètres parcourus pour ensuite briller de ses trophées (trop faits !).  Et pourquoi ce besoin de le raconter. Il est normal de vouloir partager ses expériences, mais ne voyage-t-on pas pour soi avant tout ? Voyage, voyage. Ouverture d'esprit ! Nos corps se transportent, se déplacent et notre esprit s'ouvre, s'épanouit, apprend! Certains sont attirés par les paysages, d'autres par les cultures, d’autres encore par les rencontres, les gens. Nos voyages pourraient être les mêmes, on les percevrait différemment. Qu’importe qu’il soit petit ou grand, loin ou à côté de chez soi, qu’il soit pour soi ou humanitaire, qu’il soit sportif ou par procuration, à chacun de rêver et vivre SON VOYAGE. Ce qui compte finalement et avant tout, c’est le mouvement, un élan optimiste. Alors bougeons ! dansons (comme le font si bien les Argentins), dansons, sur cette belle planète étoilée, de manière 6toyenne !
 

Folklore Argentin from Thomas Arnaud on Vimeo.



Un carnet de voyage pour se souvenir. Nous projetons de sortir un film de notre voyage…..histoire de partager « notre danse planétaire » …..à suivre …
à voir aussi notre nouvel album photo en ligne
Arnaud


Publié à 07:10 , le 16/05/2010, dans REFLEXIONS, San Juan
Mots clefs :


VOYAGE AVEC LE TEMPS

C’est fou tout ce que l’on peut faire en une journée et d‘autres fois, on a le temps de rien. C‘est aussi quand on est passionné par ce que l’on fait que le temps passe vite.

La notion du temps m’a toujours passionné, « le temps qui passe», les films de voyage dans le temps. Je sais que nous , les Hommes nous la percevons, cette notion, tronquée. Nous nous l’imaginons comme un cours d’eau, d’amont en aval. C’est peut-être pour cela que j’aime filmer les rivières. Les radeaux d’enfant sur le fil de l’eau. Il peut être aussi perçu comme quelque chose de cyclique. L’homme aime recycler, instaurer des rites, c’est plus confortable et cela rassure, cela donne l‘illusion de défier le cours de la vie. Je me souviens des discussions quand j’étais ado, avec mon oncle Jean-Marc, où il m’expliquait que les futures grandes découvertes scientifiques sur le temps seraient révolutionnaires et changeraient notre perception des choses, un peu comme quand nous avons découvert que la planète était ronde et non plate. Alors, je m’imaginais, ce fameux chercheur qui trouverait ce qu’est le Temps. Voilà pourquoi je me suis plongé dans la lecture de la Tactique de chronos où Etienne Klein reprend toutes les notions et mesures du temps depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, passionnant, mais je n’ai pas trouvé ou pris le temps de tout lire encore !!


TEMPS MARQUANTS

Certains faits, certaines rencontres, certaines personnes, certains lieux, certains voyages, certains plats, certains films, livres, musiques, certains instants en somme, sont prépondérants et marquent profondément et pour toujours notre existence sur notre ligne de vie. C’est une évidence, mais cela fait du bien de se le rappeler.

La nouvelle région que nous découvrons est une grande vallée semi aride, qui s‘élargit avec notre esprit, au fur et à mesure de notre avancée vers le sud. Petit passage au camping del Sol à Santa Maria (Yokavil en langage ethnique). Nancy , le vrai soleil de ce camping, nous soigne de délicieux repas typiques comme le lomo de pollo, (sorte de poule au pot avec du maïs), humm, j’en salive encore. Cela nous permet de trouver le temps de faire classe verte à nos enfants. Le coq, montre en poche, rythme la journée . (et aussi les nuits éclairées de cette lune pleine de clarté). Le camping nous inspire la tranquillité…
Noé, pourtant prévenu et surveillé, réussira par accident, un beau saut dans la piscine avec le crapaud « sapo ». Un ami n‘hésita pas à mouiller sa fierté argentine pour sauver des eaux notre Noé. Un moment marquant et très court, qui retourne les trippes, et qui me fait re-réaliser que la vie peut basculer très vite. Plus de peur …..

Dans la série « film qui fait du bien », pas forcement des chefs d’œuvre, mais film suffisamment bien écrit pour nous faire réfléchir, voire transformer nos vies :
Nancy nous propose une soirée film, ça tombe bien car à ce propos nous sommes hors du coup. Nous regardons Le cas étrange de Benjamin Button de David Fincher : Ce Benjamin est né vieux et rajeunit tout au long de sa vie. Un film qui nous rappelle qu’il faut soigner nos relations, les vivre à fond, que la vie défile et qu’il n’est jamais trop tard pour vivre nos rêves…
Les choses simples et essentielles s’oublient, disparaissent rapidement, effacées elles aussi par le temps. J’ai souvent besoin de me redire des phrases hyper communes comme Carpe Diem, sinon j’oublie. J’ai besoin de re-réaliser. Aujourd’hui je prends le temps d’observer mes enfants, chose que je ne faisais pas avant.

UN TRAIT SUR LE PASSE ?

Notre vision de l’Amérique du sud d’avant les Espagnoles se limitait aux Incas, vision tronquée. Notre excursion dans la région de Catamarca remettra nos pendules à l‘heure. Nancy nous fait la visite de ruines d’indigènes d’origine Quilmes, située sur les flanc de la montagne. Vivaient ici des Chamans ou chefs militaires .Nous découvrirons sur le chemin de nombreux morceaux de céramiques. Nancy nous indique le terrain en arrière de son camping. On enfile ni une ni deux nos habits d’explorateurs d’Indiana Jones …de quoi faire briller les yeux des enfants :  que de morceaux antiques nous attendent, la majorité peinte ! Nancy nous explique qu’ici était situés la ville antique. Nous les laisserons sur le site les fragments pour ne pas se faire pilleurs. Pour comprendre un peu plus ce puzzle de céramiques, de quels objets ils proviennent, nous nous rendons au musée de Santa Maria , petit musée que nous recommandons.

LA CERAMIQUE COMME LIVRE D'HISTOIRE !

Chaque objet est classé par vitrine, par période de l’histoire de la région de Catamarca depuis la préhistoire jusqu’à la période de la colonisation Espagnole. Ce qui frappe très vite l’esprit, c’est que les céramiques de la deuxième exposition, juste après les flèches, les outils de tailles des hommes préhistoriques, paraissent beaucoup plus belles et avancées que celle des autres périodes. Mais pourquoi donc ? L’archéologue du musée nous fait un petit topo : des peuplades primitives sont arrivées à produire des chef d’œuvre en matière de céramique avec des technicités exceptionnelles. Les objets ont été retrouvés dans les sépultures, ce qui explique leur aspect intact. Ces peuples nomades ont ensuite changé de région, emportant avec eux leur savoir faire. Nous trouvons ensuite les céramiques des Calchaquis parlant le Kakan. Ce sont beaucoup de potiches funéraires pour les enfants décimés par la diarrhée.et le choléra Les dessins sur les pots sont superbes. On remarquera une évolution régulière de leur art, avec de fréquentes améliorations. Viendrons ensuite les Incas avec le Quechua, durant 50 ans. Puis, c'est au tour des Jésuites parlant Quechua et Aymara. Trois cultures vivent ensemble , se côtoient. Ce métissage se voit en peinture sur les poteries, certaines portent une croix ! La langue Kakan y laissera tout de même quelques mots avant de disparaître.  Ensuite, le tour des Espagnols débarquant en force. De manière radicale, tous les savoirs sont balayés, les céramiques deviennent brutes, quelconques et fragiles. Les Quilmes (Quechua) passerons par là donnant leur nom aux ruines de Quilmes, ils repousserons aussi les envahisseurs espagnoles jusqu'à Buenos Aires. Les  Pour conclure, c’est les céramiques les plus anciennes et les plus belles qui ont défié le temps ! Nous avons rencontré beaucoup d’Argentins d’origine espagnoles, qui ont conscience que les conquistadors ont fait beaucoup de mal, et que certaines cultures ont été perdues à jamais ! Pour reprendre ce que disait Estelle sur L’Amérique du nord, l’Amérique d’ici non plus, n’a pas été découverte mais plutôt recouverte.

DU BON TEMPS

C’est au camping de Londres que nous retrouvons nos amis artisans rencontrés à Santa Maria. Béto a appris les secrets du macramé à Nath, passionné. Il a aidé aussi Nath et Gabi à fabriquer une barque avec des bouteilles plastiques, pour une poussée d’Archimède plus confortable! C’est que leur embarcation devait défier de sacrés rapides, rien à voir avec la Tamise. Noé me demanda aussi de transformer son morceau de bois en bateau. Pas besoin d’être à l’autre bout du monde pour les faire rêver ! Le temps semblait passer très vite pour eux !

Nous conjuguons aujourd’hui cette notion de temps avec celle de l’éloignement. L’Espace-Temps. Evidemment que nos proches, les amis que nous avons laissé nous manquent. Des changements profonds, s’opèrent déjà autour de nous, de bonnes et de mauvaises nouvelles. Ces éloignements sont aujourd’hui difficiles. Le voyage sépare et rapproche aussi… …
Arnaud


Publié à 11:13 , le 9/05/2010, dans REFLEXIONS, Chilecito
Mots clefs : temps


LES FEMMES A L'HONNEUR

Centième anniversaire de la Journée de la Femme

Oruro. 8 mars 2010 La télé est allumée ; au Palacio del gobierno, de nombreuses femmes sont réunies pour rencontrer Evo, le président. La ministre de la Justice prend la parole. Elle dit qu’il faut lutter pour l’égalité homme-femme, pour une réelle démocratie. Elle porte l’habit traditionnel et un chapeau melon. Elle assume ses origines.

Nous venons de passer quelques jours dans la Bolivie profonde, au bout du monde, ou plutôt au sommet du monde! À plus de 4200 mètres d’altitude. Là haut, on est proche du ciel, le soleil tape dur, quand il est là ; car s’il se cache, il fait très froid. Et s’il pleut (ce qui est fréquent à cette époque), c’est un froid humide qui rentre dans les os!

Le bout du monde, car nous avons emprunté une route de terre qu’aucun touriste ne prend. Les gens du coin nous regardaient avec de grands yeux ronds, se demandant bien ce qui pouvait nous attirer dans ce coin si retiré!! Alba et Vanessa, nos 2 copines espagnoles, (enfin basques!;-)) nous avaient dit qu‘elles allaient travailler à Ocuri , à l’IPTK. Et nous n’avons pas été déçus. Accueillis à bras ouverts, nous sommes restés plusieurs jours, à Ocuri,  dormant dans la chambre de Eduardo, de Chatito le responsable de l’internat et également prof. Le froid et l’inconfort ont été largement compensés par la chaleur de nos hôtes. Et j’en reviens à la Journée de la Femme! Un des projets de l’IPTK ( Tomas Katari) est d’aider les femmes de communautés environnantes à développer des compétences en artisanat. Grâce à cette activité, ces femmes cousent et brodent elles-mêmes leurs robes traditionnelles ; n’ayant qu’à acheter les matière premières, elles font des économies . De plus, elles maintiennent leurs traditions vestimentaires. Elles se perfectionnent et pourront bientôt vendre leurs produits sur le marché ce qui apportera à la famille un apport d’argent non négligeable. Et…dans 2 ans, elles ont le projet de fabriquer et de vendre des vêtements plus modernes, au niveau national voire international! On vous montrera les photos des prototypes, c’est magnifique. Daisy, la responsable de ce projet, est une femme formidable et pleine de convictions pour l’avenir. Je me suis rapidement liée d’amitié avec elle. J’admire son esprit de Paix entre les sexes mais aussi sa fermeté ; elle pense que le futur doit résulter d’un processus de changement de la société machiste bolivienne. Elle était très intéressée de savoir comment cela se passait en France, où on en était au niveau du partage des tâches, de la reconnaissance du travail des femmes. Alors, je vous retourne sa question ?! On en est où à votre avis?!

Je dédie ce modeste article à toutes les femmes, boliviennes en particulier, qui travaillent  pour plus de Justice et d’équité dans les relations hommes et femmes, pour plus de reconnaissance et de respect, pour une vie « gagnant-gagnant » (… un slogan qui vous rappelle quelqu’un…!). Et qui en profitera? Nos enfants, nos filles et nos garçons, les femmes et les hommes du futur.

Paix et Amour, et Bonne fête à toutes!

Estelle

 

De 6TZEN BLOG


Publié à 07:17 , le 8/03/2010, dans REFLEXIONS,
Mots clefs : Femmes


LES ENFANTS AUX TAMBOURS

 

  PHOTO EXTRAITE DU SITE MUSEF , TOUS DROITS RESERVES POUR MUSEF !!!

Le boulon est un peu grippé, mais il s'acharne. Il reprend une grande respiration et s'appuie de toutes ses forces sur la manivelle. Ca y est , la roue du Kombi est libérée ! Puis un autre s'attaque à la deuxieme...puis la troisième roue ! Une demi-heure plus tard, le van se retrouve sur quatre pattes, sans ses roues, un vrai Puceron Rouge ! C'est en allant à Tarabuco avec de nouveaux amis français Judith et Guillerme, que l'on s'est aperçu que le Van ne freinait plus bien. Nous étions presque obligés de "jeter une ancre"  pour amarer notre Kombi! Il sera maintenant doté de système de freins tout neuf. Il faut rester deux jours de plus à Sucré (ville anciennement appelé Charcas ) pour avoir les nouveaux tambours. A propos de tambours, cela nous a donné le temps de visiter une superbe exposition sur les masques de carnaval et de voir les costumes que l'on n'a pas pu voir à Oruro. Vous pouvez vous aussi visiter virtuellement le musée : Les masques et le musée MUSEF où vous trouverez une vidéo. Nous avons assité à Tarabuco à un Pukara, dans la suite de la tradition du Carnaval, avec des danses qui paraissaient un peu machiste avec notre regard d'Européens.

... Les petits mécanos s'occupent maintenant des tambours. Sous le masque du mécanicien se cache un enfant de 15 ans, qui a l'air de bien connaître son métier, il est passionné ! Les deux autres, qui ont préparé le travail, ont l'âge de Nathanaël, 11 ans. Ils savent donc changer des roues, faire une vidange etc ... me dit le chef garagiste. Il les mêne un peu à la baguette mais gentiment. Il me dit qu'ils sont mieux là que dans la rue ! Ils apprennent un vrai métier. Je ne veux pas juger. Leur culture est si différente ! Je ne peux que constater. L'important je crois, est de s'assurer qu'ils puissent tout de même avoir accès à la culture via la scolarité de l'après-midi ! Ce constat permet aussi à nous, occidentaux, de reprendre conscience combien on est chanceux de pouvoir apprendre et rien d'autre qu'apprendre lorsque l'on est enfant.

ARNAUD

 

Autre documentaire à voir sur Potosi :"Pierre dans l'enfer des mines "



Publié à 11:24 , le 23/02/2010, dans REFLEXIONS, Sucre
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

6TZEN.ORG
Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives

Albums photo6T

6TZEN AU QUEBEC
6TZEN IN YELLOWSTONE
6TZEN AUX USA PART 1
6TZEN AUX USA PART 2
6TZEN AUX USA PART 3
6TZEN AU CHILI PART 1
6TZEN AU CHILI PART 2
6TZEN AU CHILI PART 3
6TZEN EN AREGENTINE
6TZEN EN BOLIVIE PART 1
6TZEN EN BOLIVIE PART 2
6TZEN EN BOLIVIE PART 3
6TZEN EN ARGENTINE BIS PART 2
6TZEN SUR VOS TRACES

Sites favoris

6TZEN le site
Sur Vos Traces
Blog de Sylvain notre cousin
Forum Pino Français
Cyclauvergnats
La ptite frisée
Cyclo-randonnee
SITE d'une canadienne
Warmshower
On the TV
Camping Peacefull Pine
SITE d'une canadienne
ARCATA MASSAGE
LIBRARY BIKES
FLEUR DES DELICES
Offre d'emploi en Normandie
AUTOUR DES AMERIQ
FRISETTECRANEDOEUF
LILYTOM
6TZENGABI

La carte des lieux visités



«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 


Widgecolo by colo | bio


Rubriques

ANIMAUX
APRES LE VOYAGE
ARTS PLASTIQUES
CARNET DE ROUTE
ECHANGES ECOLES
ENVIRONNEMENT
MEDIAS
REFLEXIONS
RENCONTRES
SOLIDARITE
SPONSORS
TANDEMS PINO
VIVRE AUTREMENT
:

Derniers articles

PROJECTIONS 2012 et 2013
INTERVIEW FRANCE BLEU
CENTRE CULTUREL DE BLAINVILLE
6TZen , LE CLIP !!
LE FABULEUX VOYAGE

<%letter%>